Se soigner autrement

Osthéopathie, réflexologie, nutrition et santé

Quelle thérapie est faite pour moi ?

Rédigé par Emilie Aucun commentaire
Psychanalyse, hypnose, thérapies brèves, thérapies orientées solutions, emdr… Un jour ou l’autre, n’importe qui peut être amené à consulter, même vous ! Vous vous poserez alors sûrement la question de savoir comment faire le tri dans tous ces noms et toutes ces approches… Alors dissipons un peu le brouillard, car un bon accompagnement c’est déjà un bon paquet de mésaventures évitées, et le début du bien-être.

La psychanalyse

Quand on pense psychologie, en général on s’imagine un vieil homme barbu caressant une barbe fournie alors qu’étendu sur un divan une personne dévoile sa vie en déroulant le fil de ses pensées. Le psychologue intervient alors parfois par quelques petits « je vois », et profondes inspirations lestées de mystère. Ça vous parle ? C’est normal ! La psychanalyse a été pendant longtemps la référence et l’est encore aujourd’hui, et particulièrement en France, de Quimper à Paris en passant par Marseille. Elle imprègne les thérapies et la psychiatrie de manière très forte. C’est une approche qui s’intéresse aux causes de nos problèmes, aux causes profondes (bouh !), et explique les comportements et pensées qui l’on ne comprends pas par les méandres de l’inconscient. La psychanalyse a été beaucoup critiquée par son absence de résultats observables et son refus de se soumettre à l’éprouvette scientifique… Elle a été au centre de débats virulents !

Les thérapies orientées solutions

Les thérapies brèves prennent le contre-pied de la psychanalyse. Les causes d’une souffrance ? Pourquoi s’y intéresser ? Cela fait un drôle d’effet, car on tend à tout prix à vouloir comprendre nos agissements. Audren Bouëssel du Bourg, psychologue sur Quimper nous propose ce simple dilemme pour illustrer cette différence fondamentale avec la psychanalyse : « Supposons que vous soyez bloqué dans une fosse à purin. Vous n’avez droit qu’à une seule question parmi les deux propositions suivantes :
  • Pourquoi suis-je ici ?
  • Comment est-ce que j'en sors?
Les thérapies orientées solutions ont plusieurs postulats. Le plus important est le suivant, et il coule de source : si une personne est capable de sentir sa souffrance, c’est qu’elle se souvient de son corolaire agréable : le bien-être. L'enjeu est de dénicher l’exception à laquelle le patient se raccroche pour aller mieux. En fait, la guérison, il l’a déjà en main, mais ne la voit pas.

L’EMDR

L’EMDR est un outil incroyable ! Lors d’une forte émotion (c’est comme ça que mon psychologue me l’a expliqué), le cerveau la traite pendant le sommeil, lors des rêves. Pourtant, quand l’émotion est trop intense, il ne peut la traiter et la met sous le tapis. Et c’est là que ça se corse… Car cela retentit au quotidien. Le stress post-traumatique provoque tout un tas de symptômes dont on ne sait se défaire comme les crises de paniques ou l'essouflement. L’EMDR intervient pour aider à traiter l’émotion qui est encore trop forte aujourd’hui. Le patient est invité à se replonger dans le souvenir traumatique, ou la phobie, et avec l’aide du thérapeute, reproduit ce qui se passe en temps normal lors du sommeil paradoxal. C’est très efficace et recommandé aujourd’hui par l’Organisation mondiale de la santé.

Où trouver un thérapeute ?

Le bouche à oreille, les médecins, les annuaires, ou les moteurs de recherche… Vous avez l’embarras du choix ! Mais n’hésitez pas à vous orienter selon une approche qui semble vous convenir, surtout si c’est une de celles que nous avons pris le temps de décrire (même succinctement) ici.

Les commentaires sont fermés.

Fil RSS des commentaires de cet article